• "À 12 ans et demi, il rallie Plymouth "

    Source : http://www.ouest-france.fr/12-ans-et-demi-il-rallie-plymouth-2579792

     

    "

    À 12 ans et demi, il rallie Plymouth

    « J'étais un jeune morveux lorsque je suis parti avec mon père et mon frère pour l'Angleterre. Je n'ai rien demandé à ma mère. J'avais l'habitude de naviguer avec mon père. Depuis tout gamin, pendant les vacances, je l'accompagnais en mer. »

    Le 17 juin 1940, Adrien Duclos   http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=66386, patron du Quenavo, reçoit l'ordre de rejoindre le port anglais le plus proche, Plymouth. Deux de ses fils l'accompagnent dans ce périple, dont Yves http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=66399  , 12 ans et demi. Onze passagers sont également à bord. Après une traversée sans encombre, les côtes anglaises sont en vue le lendemain après-midi. Adrien Duclos engage le Quenavo sous les ordres de l'amirauté britannique.

    « En mars 1941, des chapelets de bombes tombaient sur Plymouth. Une a atterri à moins de 30 m de l'abri antiaérien où nous étions réfugiés, mon père et moi. Mon père a même eu sa casquette soufflée... La ville était en flammes. Ceux qui disent qu'ils n'ont jamais eu peur pendant la guerre, je ne les crois pas. »

    Un temps affecté, avec son équipage, à la défense du port de Pentywan, le bateau est désarmé en 1942. Adrien et Yves regagnent Londres. Le 7 septembre 1942, Yves s'engage dans les Forces navales françaises libres. Il a 14 ans et demi. Un an après, il embarque sur le dragueur de mines Antioche III, basé à Milford-Aven (Pays de Galles). En juin 1944, il participe au Débarquement et entre à Arromanches.

    45 jours de prison

    Démobilisé le 10 août 1945, Yves Duclos retourne à la vie civile. « À cause de la discipline idiote d'un gradé, j'ai fait 45 jours de prison, la tête rasée. Alors, quand on nous a dit que la guerre était terminée, j'ai quitté la Marine et suis venu rejoindre mes parents à Erquy. Pendant les hostilités, ma mère avait dû travailler comme employée dans un restaurant à Saint-Servan. Mes parents se sont retrouvés, en bonne santé, mais ruinés. »"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :