• "L’enseigne de vaisseau Hubert Moreau sorti de l’oubli"

    Source : http://www.clicanoo.re/422214-l-enseigne-de-vaisseau-hubert-moreau-sorti-de-l-oubli.html

     

    "Le 28 novembre 1942, l’ingénieur en chef des ponts et chaussées Raymond Decugis accompagné de l’enseigne de Vaisseau Moreau   http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=86441débarqué la nuit précédente du Léopard tombe dans une embuscade sur la route de la Montagne alors qu’ils se rendent au Port pour faire taire la batterie côtière du lieutenant Emile Hugot. Decugis est tué, Moreau est fait prisonnier et conduit à Hell-Bourg où s’est réfugié le gouverneur pétainiste Aubert.

    Raymond Decugis sera fait Compagnon de la Libération par le général De Gaulle. L’enseigne de Vaisseau Moreau sombrera dans les oubliettes de l’histoire. Dans le cadre du concours national de la Résistance, trois élèves du collège de la Montagne, encadrés par leur professeur d’histoire géographie, Pierre Deyries et Pierre Brest, agrégé de l’université , docteur en Histoire, ont voulu rendre hommage à Hubert Moreau. « C’est un héros de la Seconde Guerre Mondiale, resté dans l’ombre malgré un engagement exceptionnel. Engagé à 20 ans dans la France Libre, premier agent envoyé sur le territoire occupé, libérateur de la Réunion, il fût à cette occasion le seul combattant fait prisonnier par l’ennemi. » Ils ont obtenu le premier prix récompensant les travaux collectifs.

    « Comment expliquer que Decugis, fonctionnaire zélé sous Vichy (on lui doit notamment d’avoir obstrué le port de la Pointedes Galets pour empêcher un éventuel débarquement anglais en 1942) ait pu être élevé à titre posthume à la distinction de Compagnon de la Libération (titre qui ne fut décerné qu’à un peu plus de 1000 combattants) alors qu’on ne lui connaît aucune action en faveur de la France Libre, hormis le fait de s’être proposé pour aller parlementer avec un ami resté fidèle au gouverneur Aubert ? », s’interroge pour sa part Pierre Brest.

    « Dans le palmarès de médaillés, ne figurent pas le nom de Léon de Lépervanche ainsi que les noms des deux jeunes qui sont morts à quelques pas des plages de Saint-Gilles, fin mars 1942, alors qu’ils accompagnaient l’agent de renseignements anglais Jones Simpson », regrette pour sa part Eugène Rousse. « S’agissant du résistant Léon de Lépervanche, je me contenterai de dire qu’il a terriblement souffert de la répression sous le régime de Vichy et que personne ne conteste le rôle décisif qu’il a joué en 1942 dans la libération de la ville du Port ainsi que celle de toute l’île. En cette Journée du 27 mai, nous nous devons de rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui à La Réunion se sont opposés aux pétainistes. »


  • Commentaires

    1
    Moreau
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 16:58
    Hubert Moreau était mon pere.. pouvez vous me contacter?
      • Dimanche 11 Décembre 2016 à 15:56

        Bonjour 

        Merci d'utiliser  la fonction "contact " en haut a gauche de cette page

         

        A  bientot j'espere

         

        Laurent

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :