• La Légion d'honneur attribuée à des anciens combattants des Antilles-Guyane

    Source : http://www.notretemps.com/droit/la-legion-d-honneur-attribuee-a-des,i60629

     

    "La Légion d'honneur est attribuée à quatre anciens combattants des Antilles et de la Guyane pour leur action lors de la Seconde Guerre mondiale, selon un décret de la présidence de la République publié mercredi au Journal officiel.

    Les Martiniquais Andoche Antourel  http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=51810   , Alexandre Lepasteur http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=80986  et Rémy Oliny http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=88546  ainsi que la Guyanaise Jeanne Catayee sont faits chevalier de la Légion d'honneur.

    Si M. Andoche est décoré comme résistant, MM. Lepasteur et Oliny ainsi que Mme Catayee le sont au titre de la "Dissidence", ce mouvement de résistance de Martiniquais, Guadeloupéens et Guyanais qui ont rejoint entre juin 1940 et juillet 1943 l'appel du général de Gaulle.

    A la veille du 70e anniversaire du Débarquement de Normandie, le président de la République a "souhaité qu'un hommage particulier soit rendu aux anciens combattants issus de la Dissidence, c'est à dire ceux qui ont quitté clandestinement leur terre pour répondre à l'appel du Général de Gaulle; une histoire restée longtemps méconnue", a-t-on expliqué au ministère des Outre-mer.

    Ces hommes et ces femmes -au moins 2.500 personnes- avaient gagné les îles anglaises environnantes (La Dominique, Saint-Lucie essentiellement) où ils ont été accueillis par les bureaux de recrutement des forces françaises libres et nombre d'entre eux ont été envoyés aux États-unis pour y être formés.

    Le "bataillon des Antillais" a ainsi été constitué et envoyé en Afrique du Nord, intégré aux forces françaises libres pour ensuite débarquer notamment en Provence et en Italie. Au lendemain du conflit, ils n'avaient eu droit à aucune reconnaissance particulière : aucun monument ne leur avait été spécifiquement dédié et seule une infime minorité avait reçu la carte de résistant.

    En 2005, Jacques Chirac et en 2009, Nicolas Sarkozy avaient ouvert la voie à une reconnaissance en évoquant publiquement la Dissidence dans des discours. "Ils étaient à 8.000 km de la guerre et ils y sont allés pour l'amour de leur patrie", a-t-on souligné au ministère de l'Outre-mer.

    Six anciens dissidents (cinq hommes et une femme), âgés de 89 à 94 ans, sont invités aux commémorations du 6 juin. Ils arriveront samedi à Paris et seront reçus dimanche à l'Élysée par François Hollande, qui remettra la Légion d'honneur aux trois personnes citées dans le décret, les trois autres ayant déjà été décorées en 2009.

    Lundi, une cérémonie militaire d'hommage national aux Invalides, avec la ministre de Outre-mer George Pau-Langevin et le secrétaire d'État aux anciens combattants Kader Arif, donnera lieu au dévoilement d'une plaque en mémoire des anciens combattants issue de la Dissidence.

     

    Vendredi 6 juin, ils feront partie des vétérans participant à la cérémonie internationale du 70e anniversaire du Débarquement à Ouistreham (Calvados) accueillant 17 chefs d'État et de gouvernement.

     
    Remy Oliny témoigne :

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :